69613686_10158011567674271_4030893374994

LES PREPARATIFS

"Un voyage de mille kilomètres commence toujours par un premier pas"

- Lao Tseu -

Le choix de la banque, un projet d'achat d'un bien immobilier, crèche ou assistante maternelle ... Nos préparatifs en amont.

LE CHOIX DE LA BANQUE

Nous avons choisi la banque en fonction de ce qu’elle proposait en terme de crédit immobilier (« prêt hypothécaire »). La Royal Bank of Canada (RBC) nous a permis de faire notre premier achat immobilier. Pour ce faire, nous avons du verser 35% du montant du bien immobilier + une année de remboursement d’échéances + une année de taxe foncière. Notre apport total a été de 40% de la valeur de notre bien. 

Concernant les taux, ils sont beaucoup plus élevés qu’en France. Là où en France nous avons un taux fixe pour la durée de notre prêt (à moins qu’on obtienne un taux inférieur durant la durée du prêt), ici il y a différentes options : taux fixe sur un, deux, trois, quatre et cinq ans / taux variables. Les assurances prêts sont obligatoires comme en France. 

Pour contracter un prêt en tant qu’immigrant, si vous avez le pré payement requis (environ 40% du bien), vous n’avez pas à avoir de contrat de travail.

Information carte de débit et crédit : on se perd vite avec toutes ces cartes bancaires ! Débit/crédit, qu’elle est la différence ? Votre carte de débit peut être utilisée tant que vous avez de l’argent sur le compte. La carte de crédit vous sert à vous constituer un historique bancaire nécessaire à demander un éventuel crédit dans le futur (ex : prêt pour acheter une voiture ou pour demander un prêt pour les études de vos enfants). Il n’y a pas d’argent sur cette carte de crédit. Vous avez un plafond suivant vos revenus et tous les 15 jours vous devez rembourser les achats faits avec cette carte en faisant des transferts entre vos comptes. Aussi, elle vous sera utile pour faire des réservations d’hôtels ou encore faire des achats en ligne par exemple. Suivant celle que vous choisirez elle sera payante ou gratuite.

 

LE PROJET D'ACHAT D'UN BIEN IMMOBILIER

Avant d’arriver à Fredericton, je prospectais sur différents sites internet des maisons qui correspondaient à nos attentes et à notre budget. Nous avons eu un gros coup de cœur pour des plans d’une maison mitoyenne en construction. J’ai pris contact avec l’agent immobilier une année avant notre date estimée d’arrivée afin d’en savoir un peu plus sur « comment faire l’achat d’un bien immobilier au Canada ? / Quels sont les coûts annexes à l'achat de la maison? etc ». Ici, vous ne faites pas appel à un notaire comme en France mais à un avocat pour acheter votre bien. S’agissant d’une nouvelle construction il n’y avait pas de demande d’inspection à faire comme cela est requis pour l’achat d’une maison ancienne. 

Les étapes pour acheter un bien immobilier neuf en quelques mots : vous contactez l’agent immobilier / Vous visitez/ Vous contactez la banque/ Vous faites appel à un avocat/ Vous faites une offre et vous attendez….

Nous concernant, entre la visite et l’achat du bien cela a pris 3 semaines.

Pour les frais d’avocat, pour nous, cela nous a coûté 2% du prix de la maison.

 

Bon à savoir : les frais d’avocat ne peuvent pas être inclus dans votre prêt immobilier.

 

Liste de quelques site internet :

https://www.realtor.ca/

https://www.royallepage.ca/

https://www.point2homes.com/CA

 

 

CRECHES, ASSISTANTE MATERNELLE, ECOLE ET APRES CLASSE

Tya avait 21 mois quand nous sommes arrivés au Canada. En 2017 lorsque nous avons commencé nos démarches pour immigrer, j’ai tout de suite contacté des garderies (francophones et anglophones) par e-mail. Après quelques recherches sur internet, j’ai ciblé une dizaine de garderies autour du lieu où nous souhaitions nous installer. Certaines garderies vous demanderont des frais de « demande » d’inscription. Cela ne veut pas dire que vous aurez une place, cela veut juste dire que vous serez sur la liste d’attente.

Notre objectif est d’avoir une place à la garderie francophone afin que lorsque Tya ira à l’école, elle puisse ensuite faire son après-classe dans le même lieux (ex : École les Éclaireurs et après classe à la garderie L’envolée – C’est un seul et même établissement comprenant école et garderie).

Nous avons reçu une confirmation en mai 2019 pour un éventuel commencement le 1er décembre 2019 à « Little Geniuses », une garderie anglophone à 900 mètres du bien que nous voulions acheter. Arrivant fin août 2019 à Fredericton, afin de pouvoir chercher du travail de suite, j’ai contacté des assistantes maternelles via KIJIJI.CA  pour trouver une alternative pour les mois de septembre, octobre et novembre 2019. Nous avons sympathisé par e-mails avec Tammy (anglophone) qui vivait à 2 minutes de chez ma sœur. Elle avait une place à temps partiel (2 jours par semaine). Ma sœur a rencontré Tammy avant que l’on confirme qu’elle aurait Tya dès mi-septembre à raison de deux jours par semaine. Le petit hic est qu’il a donc fallu faire un choix sur « qui de mon époux et moi-même commencerait à chercher du travail comme il faut garder Tya les autres jours de la semaine où elle ne va pas chez sa nounou… ». Mon époux, allant devenir retraité au 1er septembre 2019 et percevoir une pension, nous avons décidé que je commencerai à chercher un emploi.

 

Nous attendons depuis mai 2018 (date de dépôt de ma demande à la garderie francophone) une place pour Tya à la garderie francophone. Elle rentrera en septembre 2021 :)

 

Information sur les assistants/assistantes maternelle : Au Canada, il est commun de demander un extrait de casier judiciaire aux assistants/es maternelles. Il s'agit d'une pratique plutôt rassurante car il est difficile pour nous parents de confier son enfant à une parfaite inconnue avec qui on a échangé par e-mail à des milliers de kilomètres...

 

Informations sur les tarifs : en moyenne le tarif est de 300/350 $ toutes les deux semaines (je parle pour les personnes et établissement que j’ai contacté moi). En effet, ici nous sommes payés toutes les deux semaines en règle générale.

 

Tya et le milieu anglophone – entre nounou et garderie : Tya s’est vraiment très vite adaptée à cette totale immersion dans un milieu anglophone. Elle n’a aucun problème de compréhension du français ou de l’anglais. Ce que je trouve mignon, ce sont ces phrases franco/anglaises comme : « Mommy, are you froid ? », « I want to go to piscine ! ». Elle a aussi pris de belles expressions bien américaines tel que « oh my godness ! ». Quelle belle expérience pour Tya. Le bilinguisme de la province est un grand atout pour son avenir.

 

Le système scolaire : en quelques mots, les enfants sont en garderie ou avec un parent ou une assistant/e maternelle jusque l’âge de 5 ans. Ensuite ils vont à l’école. Les horaires étant d’environ 8h00 à 13h, ils rejoignent ce qu’ils appellent « l’après classe » qu’ils font dans une garderie. Bien sûr, ce ne sont pas tous les enfants qui font de l’après-classe. 

 

Suivez les aventures de Tya dans cette immersion bilingue dans les prochains écrits !